Rinse France

Entretien avec Eli Keszler

Entretien avec Eli Keszler

Le 27 janvier dernier, Légitime invitait Eli Keszler sur Rinse France. À cette occasion, le talentueux compositeur et maître percussionniste New Yorkais encensé par Pitchfork a répondu à quelques unes de ses questions.

FRANÇAIS (ENGLISH BELOW)

Eli Keszler est un compositeur, percussionniste et artiste visuel basé à New-york. Reconnu pour son style complexe et sophistiqué, ses installations sonores, musicales et visuelles lui ont valu d’être mis à l’honneur dans des institutions comme le Whitney Museum, The Kitchen, MoMA PS1, Victoria Albert Museum. La flexibilité de son art lui a permis de collaborer avec des artistes de renom comme Keith Fullerton Whitman et Oren Ambarchi ou encore Laurel Halo et Oneothrix Point Never.
En 2018, la sortie de son album « Stadium » est considéré comme un moment fort pour la communauté musicale expérimentale, remportant au passage le prix du meilleur album de l’année décerné par Boomkat.
Côté actu, Eli Keszler sera présent pour une tournée de concerts en Europe fin février – début mars 2020 ainsi qu’à New York pour une performance rare au National Sawdust le 18 février prochain.

Mix description
« J’écoute de la musique qui pourrait être considérée comme possédant une zone intérieur vide mais qui laisserait un espace de liberté pour l’auditeur. Des morceaux peuvent aller et venir dans mes pensées, parfois je les oublie pour mieux les retrouver et étudier comment ils peuvent m’apparaitre changés. Cette sélection que vous découvrirez dans ce mix fait partis de ceux-là ! »

Interview
1- Bonjour Eli, récemment tu as pu collaborer avec Oneothrix Point Never aka Daniel Lopatin sur la bande originale du prochain film évènement Netflix « UNCUT GEMS », peux-tu nous en dire un peu plus sur ce projet ?

Uncut Gems est un film réalisé par les frères Safdie dont le rôle principal est tenu par Adam Sandler. Le film se déroule dans le « quartier des diamants » situé sur la 47e rue au cœur de Midtown Manhattan. La partition de Dan (Daniel Lopatin) à une véritable propulsion rythmique en utilisant principatlement des synthés Moog qui présentent des arpèges et textures très enveloppantes. J’ai de mon côté contribué à donner une energie plus tactile et acoustique à l’impulsion très cathartique du film.

2- Tes projets délivrés sont très souvent teintés de collaborations multidisciplinaires. Quels sont-ils récemment ?

Je suis actuellement en train de préparer un nouveau disque. Je travaille aussi sur plusieurs projets collaboratifs. Vous en saurez plus bientôt !

3- Y a -t-il des artistes avec lesquels tu désirerais vraiment collaborer ?

La plupart des artsites avec lesquels je rêve de travailler ne sont malheureusement plus de ce monde aujourd’hui – J’essaie de ne pas trop penser avec qui j’aimerai collaborer lorsqu’il s’agit d’artistes plus actuels.

4- Peux-tu nous en dire un petit peu plus sur ce mix ? des idées particulières en émanent-elles ?

Ce mix est en quelque sorte une collection de la musique qui a eu un impact sur mes projets anciens et plus récents. Et j’en reviens très souvent aux mêmes œuvres. Il m’arrive souvent de créer des « collections » de track ou d’enregistrements pour les rassembler tel un « mood board », un pastiche, se déplaçant à travers les époques et les styles. Comme si je développais un nouveau disque en prenant soin d’analyser comment divers matières pourraient intéragir les unes avec les autres.

5- Quelle relation et vision pourrais-tu donner à la musique expérimentale en 2020 ? Si nous devions la comparer aux années de tes débuts ?

J’ai commencé à composer, enregistrer et me produire live en 2008 – Toute l’infrastructure musicale est aujourd’hui bien différente. Je suis persuadé que la musique évolue de par son expérience tactile et physique mais aussi grâce à un certain degré d’isolement.
Nous sommes aujourd’hui dans un monde très hétérogène. Pour la jeune génération par exemple, tout est plus fluide et facile à partager ce qui offre un potentiel non négligeable à son émergence musicale. Même si cela peut aussi parfois complètement changer le paysage artistique dans lequel nous évoluons.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Eli Keszler (@elikeszler) le


ENGLISH
Eli Keszler is a New-York based composer, percussionist and,visual artist. Known for his complex and intricate style of drumming, Keszler’s installations, music and visual work have appeared at Whitney Museum of American Art, The Kitchen, MoMA PS1, Victoria Albert museum, le bal and . The flexibility of his work has made him a stellar collaborator for various artists, from Keith Fullerton Whitman and Oren Ambarchi to Laurel Halo and Oneohtrix Point Never.
In 2018 his celebrated album « Stadium » is considered a highlight of the experimental and percussionist music community, winning the Boomkat Record of The Year for 2018 amongst other accolades. He has upcoming concerts throughout Europe in late February and March of 2020 as well as a rare New York performance at National Sawdust on February 18th.

Mix description
« I’ve been listening to music that could maybe be described as having an empty space inside of it — maybe it could be seen as a space for a listener to fit into. The same pieces of music come in and out of my focus, I’ll return to them years later and see how they have changed. These are some pieces that have stuck with me recently. »

Interview
1- Recently I’ve seen that you collaborated with Oneothrix Point Never aka Daniel Lopatin on the soundtrack of « UNCUT GEMS » (soon on Netflix), can you tell us more about this project ?

Uncut Gems is a film by the Safdie Brothers starring Adam Sandler. The film takes place in the diamond district in New York. Dan’s score has a rhythmic propulsion to it using primarily moog synths that feature enveloping arpeggios and textures. I contributed drums and percussion to the score to add an acoustic and tactile energy to the films cathartic pulse.

2- It seems like a lot of the work you’ve been doing have been multidisciplinary collaborations.
Furthermore, what have you been up to freshly ?

I am currently in the process of working on a new record and several other commissions and collaborative projects.

3- Is there any artists you dream to work with ?

Most of the artist I dream of working with are long gone – I try not think that way about living artists.

4- Can you tell us more about this mix you blessed us ? Is there any ideas behind and where did you recorded it ?

The mix is a collection of music that has had an impact on my last recording projects and current. I come back over and over again to the same pieces. I will often create collections of songs or recordings and put them together as a kind of mood board, a pastiche, moving across eras and styles, you could say, in developing a new record, seeing how various materials interact when next to each other.

5- Can you express the relation and vision you give to the experimental music in 2020 ? Any comparison with  your debut ?

I started recording and performing live around 2008 -the musical infrastructure in general is totally different of course. Mu sic is ultimately a tactile and physical experience that benefits from scenes and I believe a degree of isolation.
We are in a very different world and for young artists everything is fluid and easily shared which has great potential but also changes the landscape entirely.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Eli Keszler (@elikeszler) le

Tweet us at @rinsefrance