Rinse France

Entretien avec Loscil

Entretien avec Loscil

Le 28 juin, LEGITIME invitait Loscil dans le cadre de son émission mensuelle, et nous offrait par le même biais une courte interview de l’artiste !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Name: Loscil aka Scott Morgan

Occupation: Composer, artist

Nationality: Canadian

Current Release / project: Album ‘CLARA’ on Kranky (Chicago, Illinois)

ENGLISH – FRENCH (below)

Canadian artist LOSCIL aka Scott Morgan is back with his last compositional work. A stunning meditation on light, shades, sourced from a single three-minute composition performed by a 22-piece string orchestra in Budapest. This resulting project “Clara” via Kranky is wonderfully opaque and spacial traced in fine-grained gradient and radiant silence… Probably the best immersive atmospheres whose surprising by this music’s supine and almost hypnotic. Let’s discover more together in this interview.

1/ Hi Scott and welcome to my Rinse France radio show. How are you? Your new masterpiece album Clara has now been out for almost a month, how have these past days been treating you ?

I’ve been OK, thank you. Things are looking better in terms of the pandemic here in western Canada. Still no live arts but as summer approaches it looks like it might be possible to start having audiences again. Obviously, I’ve not been touring or playing live but I’ve been busy and life has been stable which I am grateful for.

2/ As a sound sculptor you continue to astound us and what’s most entrancing might be the fact that, without taking shortcuts, you manage to keep your work feeling fresh and unanticipated. How did the idea of Clara surface ? What’s the main contrast with your previous and most recent releases ?

The idea for Clara has been in the back of my mind for a long time. Although I went to music school many years ago and have written for smaller ensembles and solo performers, I have never written a piece for a large ensemble. Sampling and using recorded sounds, field recordings, etc. has always been part of my process but the idea of writing music specifically for that purpose is something I’ve always wanted to try and I felt like it was the right time to try it. For me, what excites me the most with new work is finding a fresh sound source that I can dig into, edit, transform and build from. It is essential for me to find this bond or this excitement with the material in order to approach it with open ears and an open mind.

3/According to the press release, Clara could be read as a kind of deep dive into textures of shadows, abandoning the tired concept of “scores for an imaginary film” in favor of something more cerebral yet no less moving. What is the best situation to enjoy Clara ?

Listeners always surprise me with how, when and where they listen to my music. I always hope to provide music that is engaging enough to dive into deeply but also offers something that can be part of their experiences in more passive ways. Some people like to create, write, work while listening, others meditate, do yoga, etc. Many people listen while travelling on planes, trains and in cars. I like the idea that music can be a companion anywhere and can take you somewhere else or somewhere deeper inside yourself. Of course, I think the best place to listen is comfortably, sitting or lying down, in dim light or in darkness giving yourself the opportunity to imagine, visualize and enjoy the benefits of deep listening.

4/ Tell me if I’m wrong but, this is your 10th album collaborating with Kranky. How would you describe this relationship you’ve been building for the past two decades now? And what are you working on next together ?

I feel extremely grateful for my relationship with Kranky. The music world can be ever-changing and evolving, sometimes it’s incredibly uncertain but having a solid relationship with a reliable record label such as Kranky has really helped me feel grounded and free to explore my craft. The very next thing we will be working on together is a vinyl edition of my first album with them – Triple Point. It feels strange but makes sense to revisit our first collaboration together 20 years after it was first released. Time does fly.

5/ When you’re not sculpting and composing music, what are you most involved in?

Photography has become my second favorite creative endeavour. I will be releasing my second photo book soon connected to the images used on the cover of Clara. Exploring a relatively new medium actually really helps my creative perspective musically as well. In many ways, it’s like rediscovering your first love. The love of creativity in its raw state. I think we lose so much of this when we enter the “market” of making art. Turning it into a living takes away the innocent feeling of joy one gets from making things. Other than creative activities I am usually spending time with my family or brewing beer.

6/ Looking at you as an artist who has always been unafraid to draw new ambient shades, how would you describe the intention behind the mix you blessed us with ?

When I first started building this mix for you I wanted to focus on hybrid styles of instrumental and electronic music. But I slowly drifted away from this a bit and focused mostly on recent albums I’ve really enjoyed. Music that takes you somewhere. This is the power of music that I’ve always admired in other composers. If you can transport a listener to some far away place or some place deep in the imagination I think you’ve achieved something special. All the music in this mix does this for me.

Merci beaucoup Matthieu!
Scott

L’artiste canadien Loscil alias Scott Morgan est de retour avec son dernier chef d’oeuvre. Une méditation étonnante entre la lumière et les ombres, issue d’une seule composition de trois minutes interprétée par un orchestre à cordes de 22 musiciens à Budapest. En résulte le projet « Clara » sorti sur le label Kranky. Une œuvre merveilleusement spatiale tracée de fins dégradés et de silences radieux… Probablement une des meilleures atmosphères immersives ressentie dernièrement et dont les sons hypnotiques vous hantent religieusement.

1/ Hello Scott et bienvenue sur Rinse France! Comment vas-tu? Ton nouvel album Clara est sorti depuis bientôt un mois, comment ça se passe depuis?

Tout est OK, merci. La situation sanitaire va de mieux en mieux dans l’Ouest Canadien. Toujours pas de spectacles vivants mais on sent que plus l’été approche et plus il semble possible de renouer avec le public. Evidemment je n’ai pas eu l’opportunité de jouer ou faire de tournées mais j’ai été bien occupé et ma vie fut plutôt stable, je n’ai pas à me plaindre.

2/ En tant que véritable sculpteur sonore, tu continues d’étonner mais ce qui est le plus fascinant, c’est peut être le fait que, sans faire de détours tu parviens à générer un travail frais et imprévu. Comment l’idée de réaliser Clara a fait surface? Quel serait le principal contrast avec ta dernière sortie?

L’idée de Clara me trotte dans la tête depuis longtemps déjà. Bien que je sois allé au conservatoire il y a quelques années ou j’ai pu écrire quelques courtes pièces ou solo(s), je n’avais jamais écrit une composition pour un large ensemble qui s’apparenterait à un orchestre. Le sampling ou l’utilisation de sons enregistrés, de field recordings, etc… ont toujours fait partie de mon processus mais l’idée d’écrire une musique spécifiquement dans ce but est quelque chose que j’ai toujours voulu essayer et j’ai senti que c’était le bon moment d’essayer. Ce qui est le plus grisant dans la réalisation d’un tel projet, c’est de trouver une nouvelle source sonore dans laquelle je peux puiser, éditer, transformer et reconstruire. Il est essentiel pour moi de trouver ce lien avec une nouvelle matière et l’aborder entièrement et pourvu de tous mes sens.

3/ Selon la presse, Clara s’apparente à une plongée profonde dans des textures d’ombres, abandonnant le concept éculé de “Partition pour un film imaginaire” au profit de quelque chose de cérébral mais non moins émouvant. Comment pourrais-tu décrire le lieu parfait et l’instant pour savourer ce dernier album?

Les auditeurs me surprennent toujours de la façon dont comment, quand et où ils écoutent ma musique. J’espère toujours vouloir proposer une musique suffisamment engageante pour “plonger” assez profondément et en même temps laisser le champ libre à des expériences qui peuvent être vécues de manière plus passive. Pour certains ma musique leur permet de créer, d’autres d’écrire, travailler, méditer ou faire du yoga. Certains me disent aussi qu’ils l’écoutent en voyageant en avion, en train ou sur la route. J’aime beaucoup l’idée que l’écoute d’un son puisse être un compagnon qui nous emmène “ailleurs” ou quelque part enfoui au plus profond de nous. Après, je pense que le meilleur endroit pour écouter un album comme Clara, je dirai que ce serait confortablement assis ou allongé, dans la pénombre ou l’obscurité, en se donnant la possibilité d’imaginer, de visualiser et profiter des avantages d’une écoute profonde.

4/ Dis-moi si je me trompe mais, c’est le 10ème album que tu sors sur le label Kranky. Comment pourrais-tu décrire cette relation que vous avez commencé à construire il y a maintenant 20 ans ? Vous nous préparez quoi pour la suite?

Je suis extrêmement reconnaissant de la relation que j’entretient avec Kranky. Le monde de la musique peut changer et évoluer en permanence et de façon très incertaine, mais avoir un lien aussi solide avec un label fiable et de renom comme Kranky m’a définitivement aidé à me sentir plus serein et libre d’explorer mon métier. Le prochain épisode de notre collaboration sera l’édition vinyle de mon tout premier album – Triple Point. Cela peut sembler étrange, mais il m’a semblé logique de revisiter notre première collab 20 ans après sa première sortie. Le temps passe vite.

5/ Quand tu n’es pas occupé à la composition, dans quelles sphères t’impliques-tu le plus?

La photo est vraiment devenue ma deuxième activité créative préférée. Je vais bientôt sortir mon deuxième livre photo lié aux images utilisées pour la couverture de Clara. L’exploration de la photographie comme nouveau médium aide aussi considérablement ma perspective créative dans ma première passion, la musique. À bien des égards, c’est un peu comme redécouvrir votre premier amour. L’amour de la créativité à l’état brut. Je crois que nous avons tendance à perdre cette relation lorsque nous entrons dans les “marches” de la création artistique. Lorsque ta passion et ta créativité deviennent ton gagne pain, le sentiment innocent de joie vient parfois à disparaître. Sinon, en dehors de mes activités créatives, je passe la plupart de mon temps avec ma famille et à brasser de la bière.

6/ En te considérant comme un artiste qui n’a jamais eu peur de dessiner de nouvelles nuances d’ambient, comment pourrais-tu décrire tes intentions derrière ce mix?

Quand j’ai commencé à construire ce mix pour toi, je voulais me concentrer sur des styles hybrides de musique électronique instrumentale. Mais au fur et à mesure je m’en suis un peu éloigné pour me concentrer principalement sur des albums plus récents et que j’ai de toute évidence beaucoup apprécié. Des morceaux et sonorités qui transportent. C’est le pouvoir de la musique que j’ai toujours admiré chez d’autres compositeurs. Si vous pouvez transporter un auditeur dans un endroit lointain ou dans les méandres les plus profonds de son imaginaire, je pense que vous avez réalisé quelque chose de spécial. C’est ainsi que je caractérise l’essence de ce mix aujourd’hui.

Merci beaucoup Matthieu!
Scott

Retrouvez le replay de l’émission dès maintenant :

Rinse France · LEGITIME invite Loscil – 28 Juin 2021

Tweet us at @rinsefrance